AUTOCONSOMMATION

Produisez votre propre électricité et faites des économies immédiates sur vos factures avec une énergie 100% propre et locale.
Avec nos solutions Autoconsommation, votre toit fournit un kWh jusqu'à 30% moins cher que celui de votre fournisseur actuel. Et contrairement aux factures d'électricité de vos voisins, ce prix n'augmentera pas au cours des 25 prochaines années ! Il est temps de passer au solaire !

Un exemple d’autoconsommation en chiffres

Un supermarché de 1200 m² à proximité d’Avignon consomme un peu plus de 600 000 kWh par an avec un abonnement « tarif jaune ». 60% de cette consommation servent à la production de froid et environ un quart à l’éclairage et aux caisses. 110 kWc de panneaux installés en toiture (soit 650 m²) produisent un quart de la consommation d’électricité annuelle du supermarché. L’électricité produite par les panneaux solaires est consommée directement dans le bâtiment, sans passer par le réseau. On appelle cela l’autoconsommation.

Compte tenu des tarifs actuels de l’électricité, chaque kWh solaire autoconsommé fait économiser 9,4 centimes (hors TVA) à ce supermarché. Le prix de revient « complet » du kWh solaire (voir calcul ci-dessous) est de 6,5 centimes (hors TVA) pour ce site. L’économie réalisée est donc de 31% au prix actuel de l’électricité. Avec la fin des « tarifs réglementés » de l’électricité au 31 décembre 2015, c’est-à-dire l’obligation pour tous les clients professionnels d’EDF de souscrire une offre de marché pour leur approvisionnement en électricité, il est raisonnable de s’attendre à une hausse régulière et durable du prix de détail de l’électricité en France. Face à cette hausse prévisible, le prix de revient du kWh solaire autoconsommé est, lui, figé pour 25 ans.

Comment est calculé le prix de revient « complet » du kWh solaire ?

Terre Solaire a mis au point des outils pour calculer ce prix de revient et évaluer le montant de l’économie que vous pouvez faire en passant au solaire. Le principe est simple : on additionne tous les coûts liés aux panneaux solaires et on les divise par la production des 25 ans de la vie des panneaux, en tenant compte de la légère baisse de leur rendement dans le temps. Les coûts pris en compte incluent l’investissement initial, le coût de son financement et les dépenses de fonctionnement : assurance, maintenance et réparation pendant 25 ans.

Dans quel cas l’autoconsommation est-elle intéressante ?

Chaque jour des clients font le choix de passer au solaire. Nous voyons une grande variété de cas : immeuble de bureaux à Rouen, entrepôt logistique dans le Vaucluse, maison avec piscine en région parisienne, hôtel dans les Hautes Alpes… Il n’y a pas de candidat-type à l’autoconsommation de kWh solaire. Néanmoins, l’intérêt de ce mode de production d’électricité dépend de quatre paramètres :

1.L’ensoleillement de votre toit
Celui-ci dépend de la région où vous vous trouvez, de l’exposition de votre toit et des éventuels ombrages. La production est optimale lorsque le toit est incliné vers le sud. Sur les toitures plates, on peut obtenir une bonne inclinaison en posant les panneaux sur des consoles. Nous déconseillons fortement l’installation de panneaux sur des parties de toiture qui subissent un ombrage, même partiel.
2.La taille du générateur solaire
Plus le générateur est grand, plus le prix de revient du kWh solaire est faible. Pour un site en « tarif bleu » (moins de 36 kW), 50 m² de panneaux peuvent suffire pour obtenir un prix de revient compétitif.

3.Votre profil de consommation
Plus votre profil de consommation est proche du profil de production des panneaux solaires, mieux vous valorisez vos kWh solaires.
4.Le type de toiture
De nombreuses configurations permettent de poser des panneaux dans de bonnes conditions, que ce soit sur des toitures-terrasses avec acrotères ou des toitures inclinées en bacs acier ou plaques de fibres-ciment. Nous avons également des solutions pour poser les panneaux au sol si votre bâtiment ne peut pas recevoir de panneaux en toiture. Les travaux comme la construction d’un bâtiment neuf, un agrandissement ou une rénovation sont souvent de très bonnes occasion de passer au solaire. Comme ce sont nos propres couvreurs qui réalisent la pose des panneaux, nous pouvons rénover ou isoler votre couverture lors de la pose des panneaux solaires.

Et le stockage de l’électricité ?

Contrairement à certaines idées reçues, le stockage en batteries lithium-ion est déjà 100% fiable. Nous utilisons des cellules de grands fabricants comme Sony ou LG. Les batteries permettent de stocker l'énergie solaire collectée en cours de journée pour l'utiliser en soirée ou la nuit. Les systèmes de stockage que nous proposons aujourd’hui en complément du générateur solaire répondent également au souhait d’assurer la sécurité d’approvisionnement des sites en cas de problème sur le réseau de distribution.

 

L'autoconsommation photovoltaïque expliquée en détail

 

Grâce au photovoltaïque et aux technologies numériques, une véritable révolution énergétique est en marche. Cette révolution va bouleverser en profondeur la façon dont nous produisons et consommons l’énergie à l’échelle de la planète. Déjà moins cher que le charbon chinois, à la portée de tous et respectueux de l’environnement, le photovoltaïque est aujourd’hui la technologie la plus pertinente pour répondre à nos besoins énergétiques. Il est temps de changer de regard sur le photovoltaïque et de dépasser les idées reçues. Pour vous en convaincre, voici une approche exhaustive de tous les aspects l’autoconsommation solaire.

Autoconsommation : définition

Les panneaux photovoltaïques convertissent la lumière en électricité. Lorsqu’on équipe une maison ou un bâtiment de panneaux photovoltaïques, l’électricité produite peut être utilisée de deux manières : soit elle est fournie directement à la maison ou au bâtiment pour couvrir tout ou partie de ses besoins, soit elle est injectée sur le réseau de distribution et vendue par son producteur. Dans ce cas, l’électricité d’origine solaire est agrégée à l’électricité issue d’autres origines (centrales nucléaires et centrales au gaz et barrages hydrauliques) pour alimenter les compteurs de consommation des maisons et bâtiments du quartier.

On parle d’autoconsommation solaire ou « autoconsommation photovoltaïque » lorsqu’on équipe une maison ou un bâtiment de panneaux photovoltaïques et que l’électricité produite est consommée sur place.

Autarcie énergétique ?

On l’assimile souvent à l’autonomie énergétique voire à l’autarcie énergétique, ce qui est une des possibilités offertes par cette technologie mais qui nécessite un dispositif de stockage. En effet, les panneaux photovoltaïques ne produisent de l’électricité que lorsqu’il y a de la lumière et la puissance qu’ils fournissent dépend de l’intensité de celle-ci : la production est donc plus importante en été qu’en hiver et elle est plus importante lorsqu’il fait beau que lorsque le ciel est couvert. Pour atteindre l’autarcie énergétique, il faut produire et stocker des excédents. La technologie de stockage est aujourd’hui au point mais l’investissement ne se justifie pas dans tous les cas, notamment lorsque la maison ou le bâtiment sont déjà desservis par un réseau électrique relativement fiable. Nous reviendrons sur le sujet du stockage d’électricité un peu plus loin.

Un réseau électrique intelligent

En général, lorsque l’on parle d’autoconsommation, l’objectif est d’utiliser la surface disponible en toiture qui reçoit chaque jour une grande quantité d’énergie solaire – inexploitée jusque là - pour l’équiper de panneaux photovoltaïques et produire une quantité d’énergie « équivalente à 50% à 100% de la consommation de la maison ou du bâtiment ». Cela signifie qu’une fois équipé(e) de panneaux, la maison ou le bâtiment dispose de deux sources d’électricité : le réseau de distribution, à travers le compteur électrique, et les panneaux solaires. En pratique, l’électricité fournie par les panneaux a toujours la priorité sur l’électricité soutirée du réseau, ce qui signifie que toute la production qui peut être consommée sur place le sera, seul l’appoint sera soutiré du réseau et acheté à un fournisseur (EDF, Direct Energie, Enercoop, etc.). Cette propriété des installations photovoltaïques en autoconsommation permet de profiter au maximum de la ressource solaire, totalement gratuite. Elle découle à la fois des propriétés de l’électricité et du raccordement de l’installation photovoltaïque directement sur le tableau électrique, « en aval » du compteur électrique par rapport au réseau de distribution. Ainsi, selon le moment de la journée et l’état du ciel, l’électricité fournie par les panneaux peut suffire à couvrir tous les besoins électriques de la maison ou du bâtiment ou, au contraire, être insuffisante et dans ce cas l’appoint est fourni par le réseau de distribution. Si la puissance fournie par les panneaux dépasse la puissance appelée par l’ensemble des appareils en fonctionnement, le surplus est injecté sur le réseau et vendu.

Taux de couverture, taux d’autoconsommation et taux d’autoproduction

Ces trois notions proches permettent de bien appréhender les questions d’autoconsommation et d’autonomie électrique :

Le « taux de couverture » désigne le rapport entre l’énergie fournie par les panneaux et l’énergie consommée dans la maison ou le bâtiment, sur une période de temps donnée, indépendamment de la notion d’autoconsommation. Ce taux ne s’intéresse pas à l’utilisation de l’énergie fournie par les panneaux, celle-ci pouvant être autoconsommée ou injectée sur le réseau. Ce taux reflète le bilan des échanges d’électricité entre le bâtiment et le réseau de distribution.

Le « taux d’autoconsommation » désigne le rapport entre l’énergie fournie par les panneaux et consommée sur place et la quantité totale d’énergie produite par les panneaux. C’est tout simplement la part « consommée sur place » de la production électrique des panneaux.

Enfin, le « taux d’autoproduction » désigne le rapport entre l’énergie fournie par les panneaux et consommée sur place et la consommation électrique totale. C’est tout simplement la part de sa consommation électrique totale de la maison ou du bâtiment effectivement fournie par les panneaux.

A qui s’adresse l’autoconsommation solaire ?

Tous les types de maisons et de bâtiments peuvent profiter d’un système solaire photovoltaïque en autoconsommation. Il suffit de disposer d’une surface où placer les panneaux photovoltaïques, soit en toiture, soit au sol, soit sur une structure légère comme un abri voiture ou une ombrière de parking. Les progrès technologiques et l’industrialisation à grande échelle ont permis de diviser le coût des équipements par 100 en trente ans. Le solaire photovoltaïque est aujourd’hui accessible à tous, particuliers et professionnels, et permet de produire tout ou partie de l’électricité dont on a besoin à un prix inférieur à celui auquel on l’achète à son fournisseur.

Pourquoi utiliser l’énergie solaire relève du bon sens aujourd’hui ?

Parce que c’est gratuit et disponible en abondance

L’énergie solaire est une ressource inépuisable d’énergie à laquelle nous avons tous accès.

Quelques chiffres permettent de prendre la mesure de l’abondance que constitue cette ressource. Le soleil est né il y a plus de 4 milliards d’année et sa durée de vie sous sa forme actuelle est du même ordre. Sans le soleil, la température à la surface de la Terre serait de -273 degrés Celcius. La Terre baigne dans un rayonnement solaire si intense que la quantité d’énergie qu’elle reçoit est 10 000 fois plus importante que les besoins énergétiques de la population mondiale : oui, 10 000 fois plus importante que l’ensemble de nos besoins énergétiques aujourd’hui satisfaits par le pétrole, le charbon, le gaz, le nucléaire et les énergies renouvelables.

Le rendement des panneaux photovoltaïques progresse régulièrement. Au niveau de rendement actuel, il suffirait d’équiper 10% des surfaces disponibles en toiture pour fournir la totalité de notre consommation électrique en France.

L’énergie solaire est disponible partout. Combien de conflits auraient été évités si on avait développé le solaire photovoltaïque au moment où on a développé le pétrole ? Comment seraient distribuées les richesses aujourd’hui ?

Enfin, l’énergie solaire est gratuite. C’est comme si vous achetiez votre voiture et pouviez ensuite faire le plein gratuitement à la pompe aussi souvent que vous le vouliez. Une fois l’équipement photovoltaïque acheté, la ressource solaire est totalement gratuite.

Parce que nos réserves en ressources fossiles sont limitées et leur exploitation détruit notre environnement

Vous l’avez entendu mille fois : nos ressources en charbon, pétrole et gaz, dites fossiles parce qu’elles sont issues de la transformation de matières organiques enfouies dans le sol pendant des millions d'années et dont nous sommes très dépendants, sont limitées. Les experts se disputent sur les estimations et celles-ci fluctuent d’une année à l’autre. En ordre de grandeur, nous disposons de réserves, à la fois "connues" et "supposées", représentant 40 à 60 années de consommation. Surtout, leur consommation provoque une pollution de l’air qui atteint déjà des niveaux insupportables dans plusieurs régions du monde ainsi que l’émission de gaz à effet de serre qui dérèglent le climat de la planète.

Pourquoi choisir l’autoconsommation solaire ?

L’autoconsommation solaire est une démarche à la fois responsable et économique. En produisant et en consommant votre propre électricité, vous prenez le contrôle de votre avenir énergétique. Vous vous assurez un approvisionnement en électricité à faible coût sur le long terme tout en préservant l’environnement. Choisir d’équiper sa maison ou son bâtiment de panneaux solaires contribue aussi au développement d’un écosystème économique local vertueux en circuit court. Les emplois créés dans le secteur de l’installation et de la maintenance des panneaux photovoltaïques sont des emplois non délocalisables. 

Enfin, équiper sa maison ou son bâtiment de panneaux photovoltaïques dans une démarche d’autoconsommation permet de valoriser son patrimoine immobilier. Les maisons et bâtiments construits depuis plusieurs années répondent aux normes de la Réglementation Thermique 2012, appelée « RT 2012 ». Celle-ci impose un niveau très élevé d’isolation et de performance des appareils de chauffage. Alors que le parc bâti consomme en moyenne 300 kWh par an et par m², la RT 2012 impose une consommation maximum de l’ordre de 50 kWh par an et par m². Dans moins de 3 ans, les exigences de la réglementation thermique passseront au niveau BEPOS, « bâtiment à énergie positive ». Cette réglementation concerna à terme les maisons individuelles comme les bâtiments tertiaires. Cela signifie que toute nouvelle construction devra démontrer qu’elle produit au moins autant d’énergie qu’elle n’en consomme pour obtenir son permis de construire. Dans ce contexte, quelle sera la valeur des maisons et bâtiments à faible performance énergétique ?

Pourquoi vaut-il mieux aujourd’hui développer le solaire photovoltaïque que le nucléaire ?

Vous allez être surpris par la réponse. L’énergie nucléaire a permis à la France d’atteindre une certaine autonomie énergétique tout en bénéficiant pendant longtemps d’une électricité bon marché. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. L’électricité fournie par les nouvelles générations de réacteurs nucléaires est deux fois plus chère que l’électricité fournie par des panneaux photovoltaïques (nous consacrerons un article à ce sujet). Et cette tendance va s’amplifier : d’une part, le prix des panneaux photovoltaïques va continuer de diminuer au gré des innovations technologiques et du développement du marché mondial, de l’autre, le prix de l’électricité d’origine nucléaire va continuer à augmenter. Les grands carénages de nos réacteurs nucléaires rendus nécessaires par la prolongation de leur durée d’exploitation se chiffrent en dizaines de milliards d’Euros et ces dépenses seront répercutées tôt ou tard sur le prix de l’électricité.

Surtout, l’énergie nucléaire produit des déchets dont le stockage et l’élimination représentent un défi majeur pour notre société. Certains déchets radioactifs issus du nucléaire civil affichent des durées de vie de plusieurs millions d’années. L’accumulation de déchets nucléaires est un héritage que nous transmettons aux générations futures, dans l’espoir qu’une technologie providentielle permette un jour de les traiter. Aucune structure humaine conçue à ce jour (bâtiment, enceinte de confinement, fûts de stockage) n’a une durée de vie supérieure à 200 ans, alors qu’il faudrait assurer l’intégrité du confinement de nos déchets pendant au moins 2 millions d’années pour ne pas porter atteinte à l’environnement. La France mise aujourd’hui sur un projet d’enfouissement de nos déchets nucléaires à 500 mètres sous terre, à proximité de la commune de Bure, aux confins de la Haute Marne et de la Meuse. Le projet est actuellement en train de tester les capacités de confinement – ou plus simplement l’étanchéité – d’une formation géologique naturelle.

Le photovoltaïque une alternative réellement non polluante

Pour leur part, les panneaux photovoltaïques produisent de l’électricité sans utiliser d’autre « carburant » que l’énergie solaire, sans qu’aucun composant ne soit détruit ou altéré dans le processus et sans qu’aucun déchet ne soit produit.

La filière photovoltaïque constitue sans doute un modèle pour de nombreuses autres filières industrielles :

  • Contrairement aux idées reçues, les panneaux photovoltaïques sont recyclables et vous procure déjà la garantie qu’ils seront effectivement recyclés en fin de vie. Si à une époque certains fabricants utilisaient des métaux lourds dans la fabrication de leurs cellules, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Terre Solaire a toujours veillé scrupuleusement à la composition des équipements mis en œuvre. Mieux encore, la filière de recyclage est opérationnelle et entièrement financée. Quand vous achetez un panneau photovoltaïque, le prix inclut une éco-contribution qui donne l’assurance que le panneau sera recyclé en fin de vie et que le coût du recyclage est pris en charge. Ce mécanisme relève depuis 2014 d’une obligation légale et s’appuie l’organisme européen PVCycle qui bénéficie d’un agrément ministériel dans tous les pays où il est présent.Terre Solaire participe au réseau PVCycle en animant un point de collecte : depuis plusieurs années, nous prenons en charge gratuitement les panneaux photovoltaïques endommagés ou en fin de vie et les confions à PVCycle.

 

  • Certains se demandent si la production des panneaux solaires consomme beaucoup d’énergie et quel est le « bilan carbone » global d’un panneau photovoltaïque. C’est une très bonne question. Produire un panneau photovoltaïque est un processus industriel qui consomme de l’énergie. Les études récentes sur le sujet montrent qu’il faut environ 1 à 2 ans pour que le panneau photovoltaïque produise autant d’énergie qu’il a nécessité pour sa de production. Peu de gens savent que la filière photovoltaïque est exemplaire dans ce domaine : le bilan carbone des panneaux que nous utilisons, c'est-à-dire l’analyse de la quantité d’énergie nécessaire à chaque étape de production du panneau, de l’extraction du silicium à l’assemblage final du cadre en aluminium et les émissions de CO2 associées, est calculé précisément et vérifié par des organismes de contrôle indépendants et spécialisés.

 

  • La plupart des sites de fabrication de panneaux photovoltaïques, fortement consommateurs d’énergie, sont équipés de panneaux solaires pour produire une grande partie de l’électricité dont ils ont besoin.

Quelle est la rentabilité de l’autoconsommation solaire ?

Equiper sa maison ou son bâtiment de panneaux photovoltaïques consiste à réaliser un investissement dont on profite ensuite année après année sur le long terme. Après cet investissement initial, les panneaux solaires en autoconsommation sont rentabilisés par :

  1. Les économies réalisées sur vos factures d’électricité : vous continuez à recevoir des factures de votre fournisseur, mais la quantité d’électricité achetée diminue de 30% à 80% selon la puissance installée et le profil de votre consommation. Toute l’électricité fournie par les panneaux et autoconsommée se traduit par une réduction équivalente de votre facture d’électricité.
  2. Les revenus de la vente de l’électricité qui n’a pas été utilisée dans la maison ou le bâtiment. Toute l’électricité qui n’a pas pu être autoconsommée, c'est-à-dire lorsque la puissance fournie par les panneaux à un instant donné a dépassé la puissance appelée par l’ensemble des appareils électriques de la maison ou du bâtiment, a été injectée sur le réseau et vendue. Vous facturez cette production à votre acheteur.

La durée de vie d’une installation solaire photovoltaïque est de 25 à 35 ans au moins. Il faut compter de 8 à 11 ans selon les cas pour rentabiliser votre équipement photovoltaïque. Dit autrement, les gains annuels, économies sur les factures et revenus de la vente du surplus, représentent de 9% à 12% de l’investissement initial.

Pour résumer, on choisit l’autoconsommation solaire pour faire réduire ses factures d’électricité, pour faire un placement rentable, pour gagner en autonomie, pour devenir acteur et pas uniquement consommateur, pour participer à l’émergence du monde de demain et ne pas passer à côté de la révolution énergétique en cours et bien sûr pour contribuer de façon concrète à la préservation de l’environnement.

Quel matériel pour l’autoproduction photovoltaïque ?

La sélection du matériel pour votre installation solaire est un élément primordial pour sa pérennité et son coût d’entretien. Les équipements nécessaires sont les panneaux photovoltaïques, le système de fixation de ceux-ci, le ou les onduleurs, le système de surveillance et éventuellement une batterie si l’on souhaite stocker de l’électricité.

Les panneaux solaires

Les panneaux photovoltaïques ont fortement évolué depuis leur origine dans les années 50 et plus particulièrement sur la dernière décennie. Il n’est pas facile pour un néophyte de choisir le bon modèle de cellules. Les critères qui permettent d’apprécier la qualité et la performance des panneaux photovoltaïques sont très nombreux. Terre Solaire s’attache à ne travailler qu’avec des fabricants qui recherchent l’excellence à toutes les étapes de production, de la conception des cellules, à la sélection des composants comme le verre ou le polyester en passant par le contrôle qualité tout au long de la ligne. Les bons produits bénéficient d’une garantie de performance linéaire de 25 ans. Par cette garantie, le fabricant s’engage à ce que la puissance de production de son panneau ne diminue pas au-delà d’un seuil, de l’ordre de 0,7% par an pour les bons fabricants. Ceci signifie qu’au bout de 25 ans d’utilisation, le panneau produit encore au minimum 83% de sa puissance nominale initiale. Les panneaux que nous utilisons sont intégralement recyclables. Le 100% recyclable fait partie des avancées du secteur qui font du solaire une énergie réellement écologique.

Le système de fixation

Le système de fixation des panneaux doit satisfaire plusieurs critères. Il est particulièrement important lorsque les panneaux sont posés en toiture. Tout d’abord, il assure le lien entre la charpente et les panneaux et assure leur tenue, quelles que soient les conditions météorologiques. C’est donc un élément fondamental de la sécurité d’une installation. Dans le cas des installations intégrées au bâti, ce système joue également un rôle important dans l’étanchéité de la toiture. Troisièmement, le système de fixation doit assurer une bonne ventilation en périphérie des panneaux. Le rendement des panneaux diminuant au fur et à mesure que la température augmente, il est essentiel que l’air chaud accumulé sous les panneaux puisse s’évacuer. Enfin, le système de fixation détermine souvent l’esthétique de l’installation.

Les onduleurs

Les onduleurs assurent plusieurs fonctions dans une installation photovoltaïque. Tout d’abord, les onduleurs convertissent le courant continu fourni par les panneaux en courant alternatif, dont la tension, la fréquence et la qualité sont parfaitement identiques à celles du courant fourni par le réseau de distribution. L’onduleur joue également un rôle fondamental pour extraire le maximum de puissance d’une situation d’ensoleillement donnée. Cette fonction consiste à ajuster en permanence la tension du champ photovoltaïque pour que les panneaux fonctionnent à leur rendement maximum. En effet, la tension de fonctionnement optimale d’un panneau n’est pas la même le matin au lever du soleil, qu’à 11h lors du passage d’un nuage, à 14h en plein soleil ou à 17h lors d’un épisode pluvieux. Enfin, les onduleurs assurent une fonction de sécurité électrique.

Le système de surveillance

Toutes nos installations photovoltaïques sont équipées d’un système de surveillance. Ce système est indispensable pour avoir une lecture en temps réel de sa production, de sa consommation et de son taux d’autosuffisance. Il est également indispensable pour être alerté en cas de défaut affectant un onduleur. Les pannes sont rares mais certaines au cours de la vie des onduleurs. Le système de surveillance envoie automatiquement un message en cas de défaut afin que la panne ne passe pas inaperçu. 

La batterie

La fonction de la batterie est simple : elle sert à stocker le surplus d’électricité disponible en milieu de journée au moment où le rayonnement solaire est le plus fort pour l’utiliser une fois le soleil couché. Les évolutions technologiques majeures réalisées dans le stockage d’électricité permettent aujourd’hui de stocker mieux qu’hier, plus durablement et à moindre coût. La technologie Lithium-ion (Li-Ion), sous l’impulsion des fabricants automobiles qui se sont tous mis les uns après les autres à développer une gamme de véhicules électriques, va continuer à progresser au cours des prochaines années. D’autres technologies comme les systèmes à hydrogène composés d’un électrolyseur et d’une pile à combustible devraient également dépasser le stade du prototype dans un proche avenir. A ce jour, le prix des batteries Li-Ion a déjà fortement baissé. Pour la sécurité des installations et la qualité du stockage sur la durée, Terre Solaire propose exclusivement des batteries élaborées en Allemagne ou en Autriche avec des cellules Sony ou LG. Ces batteries sont garanties pour une quantité de cycle de recharge équivalente à une vingtaine d’années dans le cadre d’une utilisation sur un système photovoltaïque.

Une installation solaire avec ou sans batterie ?

L’utilisation d’une batterie est indiquée lorsque l’on souhaite consommer sa propre électricité à des horaires décalés de ceux de la production ou lorsqu’on souhaite disposer d’un système d’approvisionnement de secours, en cas de coupure du réseau. On y a également recours pour un bâtiment non raccordé au réseau. Si l’on considère la question sous un angle économique, il est actuellement plus intéressant de vendre son surplus d’électricité via le réseau de distribution que de le stocker.

L’autoconsommation photovoltaïque intelligente

L’autoconsommation photovoltaïque est naturellement intelligente : l’optimisation s’effectue en totale transparence. Lorsque vous sollicitez de la puissance électrique, elle est fournie en priorité par votre propre production, et, en cas de surplus de puissance disponible par rapport aux besoins de la maison ou du bâtiment, celui-ci est automatiquement injecté sur le réseau. Selon le prix auquel on achète son électricité à son fournisseur actuel et le prix auquel on peut vendre son électricité, il peut aussi s’avérer intéressant de vendre la totalité de sa production. Cela a été le modèle dominant au cours des 10 dernières années mais ce modèle est en voie disparition.

Quelle est la durée du matériel et de l’installation ?

Une installation bien conçue, installée dans les règles de l’art et faisant l’objet d’une maintenance régulière a une durée de vie de plus de 25 ans :

  1. Les panneaux ne comportent aucune pièce susceptible de s’user ou de casser et sont protégés des agressions du climat par un verre trempé conçu pour résister au test de la bille d’acier : une bille d’acier de 2 cm de diamètre est projetée à 70 kilomètres-heures sur le panneau. 
  2. Les panneaux solaires mis en service il y a plus de 25 ans fonctionnent encore et démontrent un niveau de performance élevé. Par exemple, nous suivons la production des panneaux solaires du centre « TISO » qui équipent le toit de l’Ecole Technique Supérieure à Lugano en Suisse. Installés en 1982, ils n’avaient perdu à fin 2014 que 20% de leur puissance initiale après 32 ans d’utilisation, ce qui représente une dégradation annuelle moyenne de 0,57%.
  3. Le rendement électrique des panneaux est garanti 25 ans par le fabriquant. Plus précisément, les bons fabricants offrent une garantie financière sur le fait que leurs panneaux n’auront pas perdu plus de 17% de leur puissance initiale après 25 ans de fonctionnement. Bien entendu, cette garantie ne vaut que si le fabricant est suffisamment solide ou suffisamment bien assuré pour tenir ses garanties à long terme. C’est l’un de nos critères de choix de nos partenaires industriels les plus importants.
  4. Certaines pièces des onduleurs devront être remplacées au cours de la vie de l’installation, par exemple des cartes électroniques, des « filtres AC », voire l’onduleur complet. Les onduleurs du centre de test TISO ont dû être réparés ou échangés 5 fois sur une période de 32 ans. La fiabilité des onduleurs a beaucoup profité des progrès de l’électronique de puissance depuis les années 1980. Néanmoins, nous intégrons systématiquement une provision qui permet de faire face à une éventuelle panne à l’analyse économique de tous nos projets. Certaines de nos offres intègrent toute la maintenance des onduleurs de façon à ce que vous n’ayez jamais aucune mauvaise surprise.

Découvrez à travers cette courte vidéo la résistance accrue de panneaux solaires soumis à divers crash-tests :

 

Quel entretien faut-il prévoir ?

  • L’entretien est limité mais la surveillance du bon fonctionnement des panneaux est indispensable.
  • Comme toute enveloppe du bâtiment, les panneaux ne sont jamais totalement propres. Les précipitations débarrassent les panneaux des salissures excessives si l’inclinaison est de 15° au moins. Un nettoyage régulier est nécessaire si les capteurs sont faiblement inclinés et en cas de pollution spécifique sur le site. La mousse ne se développe pas sur les surfaces vitrées des panneaux orientés au sud.
  • L’onduleur est susceptible de tomber en panne et doit être équipé d’un système de surveillance automatique.

Comment s’effectue l’installation d’un équipement photovoltaïque ?

L’installation des panneaux se fait généralement sur une toiture orientée vers le sud. On bénéficie ainsi d’un ensoleillement maximal. D’autres solutions peuvent-être envisagées selon l’architecture des lieux. On peut par exemple avantageusement exploiter une ombrière ou un carport. Une fois les panneaux installés, il faut procéder à la pose de l’onduleur et à son raccordement aux panneaux et au réseau électrique. Chaque étape nécessite une expertise professionnelle et un savoir-faire irréprochables. Terre Solaire travaille exclusivement avec ses propres équipes d’installateurs. Vous bénéficiez ainsi d’une garantie pour l’installation adéquate de vos panneaux, ainsi que pour la pose de l’onduleur. Chaque projet est unique et c’est pourquoi un spécialiste visite préalablement chaque chantier pour proposer la solution la plus appropriée.

Cadre administratif pour une installation photovoltaïque d’autoconsommation

L’installation d’un système photovoltaïque en autoconsommation nécessite une gestion rigoureuse des démarches administratives par une équipe de spécialistes. C’est un service fondamental que nous apportons à nos clients depuis 10 ans. Les démarches consistent d’abord à obtenir une autorisation d’urbanisme, simple déclaration préalable pour une construction existante ou permis de construire pour une nouvelle construction. Une fois l’autorisation obtenue, il faut effectuer une demande de raccordement auprès du gestionnaire de réseau, Enedis, afin de pouvoir injecter son surplus sur le réseau. Cette demande aboutit à la conclusion d’un contrat de raccordement et d’exploitation et à la pose d’un compteur permettant de mesurer la quantité d’électricité fournie au réseau. Il faut également effectuer les démarches auprès d’un acheteur pour valoriser les surplus. Il peut s’agir d’EDF Obligation d’Achat ou d’un autre acheteur soumis au même cadre réglementaire. Enfin, une fois l’installation réalisée, il faut faire vérifier sa conformité électrique soit directement par Consuel, soit par un bureau de contrôle indépendant.

Chez les particuliers, il faut compter de 3 à 6 mois entre les premières démarches et la mise en route. Ce délai est porté à 6 mois à un an pour les installations de grande puissance sur les bâtiments professionnels.

Les démarches administratives pour un particulier : http://www.photovoltaique.info/Demarches-administratives.html

Les aides pour l’installation de panneaux photovoltaïques

Concernant les aides et autres mécanismes d’incitation, le cadre réglementaire évolue régulièrement. Le dispositif de soutien principal est le « tarif d’achat ». Il s’agit d’un mécanisme par lequel toute personne équipant sa maison ou son bâtiment de panneaux photovoltaïques a la possibilité de conclure un contrat d’une durée de 20 ans pour vendre son surplus d’électricité à un prix fixe. 

Le contrat de vente de son surplus d’électricité

Ce contrat vous assure un prix de vente du kWh encadré sur une durée de 20 ans. Le prix de vente est quasiment fixe sur les 20 ans du contrat. Actuellement, le prix auquel vous pouvez conclure un nouveau contrat est réévalué à la baisse tous les trimestres. Cette baisse est corrélée à la baisse du prix des équipements photovoltaïques. A une époque, le tarif anormalement élevé auquel l’électricité produite par les panneaux était achetée conduisait la plupart des producteurs à livrer la totalité de leur production au réseau plutôt que de la consommer eux-mêmes.

Dans le cadre de ce contrat, le paiement de l’énergie livrée au réseau est effectué annuellement (ou tous les six mois pour les installations de plus forte puissance) à la date anniversaire du contrat, qui correspond à la date à laquelle l’installation a été mise en service. 

Combien coute une installation photovoltaïque pour autoconsommation ?

Le prix d’achat d’une installation complète varie bien sûr selon le prestataire et les technologies employées. Il a toutefois beaucoup diminué au cours des dernières années, grâce à des avancées technologiques majeures et à l’engouement planétaire pour le solaire photovoltaïque qui ont permis de réaliser des économies d’échelle significative dans les usines de panneaux.

Pour une maison individuelle, le prix d’un système complet d’une puissance de 6 à 9 kWc – plage de puissance permettant de couvrir de 50% à 100% de la consommation de la maison et qui représente 20 à 30 panneaux pour une surface de 35 à 50 m² - est compris entre 12 000 et 22 000 Euros TTC. Ce tarif varie bien sûr en fonction de la puissance souhaitée et du type de toiture. D’une manière générale, le prix de l’installation doit être mis en perspective avec la technologie utilisée, la qualité du matériel et ses garanties.

En ce qui concerne les bâtiments professionnels, la puissance de l’installation-type est de 100 kWc, ce qui correspond à 650 m² de panneaux. Le coût global est de l’ordre de 95 000 € HT.

Par qui faire réaliser son installation ?

Lorsque l’on souhaite faire installer son système d’autoproduction solaire, on peut naturellement se tourner vers les grandes marques du secteur de l’énergie mais à y regarder de près, les offres sont souvent beaucoup moins compétitives qu’elles ne le laissent paraitre. Certains artisans proches de chez vous peuvent rivaliser d’un point de vue tarifaire mais comment vont-ils mener le projet et l’accompagner au cours des 25 prochaines années et quelles sont les garanties apportées ?

Pour choisir le bon prestataire pour ses panneaux photovoltaïques, il convient de se poser les bonnes questions.

Quel est le prix réel global et complet de l’investissement ?

Terre Solaire a une politique de tarifs basée sur une totale transparence. Les projets sont chiffrés de manière claire et complète et les calculs d’amortissement sont basés sur des données historiques.

Vais-je bénéficier d’un service client compétent ?

Chez Terre Solaire nous pensons qu’un bon projet se construit dès le départ. Avec notre application en ligne, vous trouvez en quelques clics les réponses à vos questions : est-ce que ma maison ou mon bâtiment est fait pour le solaire ? Combien est-ce que cela coute ? Combien est-ce que cela rapporte ? Qu’est-ce que mon projet solaire apporte à la protection de l’environnement ? Nos conseillers solaires sont à votre disposition tout au long de votre parcours. Ce sont des salariés de Terre Solaire, qui travaillent au siège de l’entreprise, pas des emplois détachés sur des plateformes téléphoniques à l’étranger.

Vais-je bénéficier d’un service après-vente réactif et performant ?

Un service après-vente disponible, des pièces de rechange en stock, des garanties qui couvrent tous les frais, des interventions bien organisées, des techniciens compétents… nous mettons tout en œuvre pour que le SAV soit optimal lorsqu’il est sollicité. Tous nos techniciens sont équipés de tablettes numériques et de casques connectés.

L’expertise des équipes techniques est-elle à la hauteur ?

Le personnel de Terre Solaire est spécialisé dans le photovoltaïque. Le photovoltaïque est notre unique métier, nous y consacrons donc toute notre attention, du matin au soir depuis 10 ans. De la visite préalable à la pose du matériel ou à sa maintenance, vous n’avez jamais affaire à un sous-traitant. Les travaux de pose et d’intégration des panneaux sont réalisés par nos couvreurs et les raccordements électriques par nos électriciens. Vous bénéficiez du savoir-faire de véritables experts dans leur domaine respectif. Terre Solaire est engagée dans une véritable démarche d’amélioration continue. Nous mesurons la qualité et la performance de nos activités et toute déviation par rapport à nos objectifs fait l’objet d’un retour d’expérience en équipe. Nous savons nous remettre en question et faisons évoluer régulièrement nos méthodes et outils de travail.

L’entreprise est-elle qualifiée RGE ?

L’ADEME vous conseille d’opter pour un professionnel qualifié RGE. Cette mention atteste d’une démarche de qualité pour les travaux d’installation d’équipements utilisant une énergie renouvelable. L’ensemble des professionnels RGE est répertorié sur le site http://renovation-info-service.gouv.fr/trouvez-un-professionnel. Terre Solaire bénéficie du certificat RGE QualiPV 2017.

En plus de la qualification RGE QualiPV, Terre Solaire bénéficie d’une qualification QualiBat pour la conception et la pose de systèmes photovioltaïques. Par ailleurs, le système d’assurance qualité de Terre Solaire répond aux exigences des normes ISO 9001 et fait l’objet actuellement d’une certification par Bureau Veritas.

La technologie employée est-elle la plus appropriée ? récente ? économique ?

Oui, oui et oui ! Les uns ne vont pas sans les autres. Terre Solaire recherche l’excellence à chaque étape d’une installation et cela commence par la sélection du matériel qui offre le meilleur rapport investissement/rendement sur 25 ans. Nos volumes d’achat nous permettent de consacrer du temps à la veille et à la visite d’usines et à la lecture des travaux de recherche fondamentale. Les équipements que nous choisissons répondent à un cahier des charges très strict. Interrogez nos experts sur nos choix de matériels, vous verrez, ils sont passionnés et intarrissables !

L’entreprise qui effectue la prestation a-t-elle une bonne réputation d’après les retours de sa clientèle ?

Le photovoltaïque souffre encore d’une mauvaise presse : des entreprises peu scrupuleuses ou peu compétentes ont créé des contre-références. Les clients historiques de Terre Solaire sont nos meilleurs ambassadeurs.

Les travaux sont-ils garantis par une décennale ?

Oui, Terre Solaire offre une garantie décennale sur l’ensemble de nos ouvrages : travaux de couverture et d’étanchéité, raccordements électriques et travaux de maintenance. De plus, nos panneaux solaires sont assortis d’une garantie de 25 ans et les batteries d’une garantie de 20 ans. Vous avez également la possibilité de souscrire à des assurances supplémentaires, pour assurer l’entretien de l’onduleur par exemple.

Conclusion

A ce jour l’autoconsommation photovoltaïque est une technologie mure et accessible à un large public. C’est une solution économique sur le long terme et bien sur une décision responsable vis-à-vis des générations futures et de la planète que nous leur laisserons. Zéro émission de CO2, zéro déchet ultime et une énergie pérenne et abondante pour satisfaire à ses besoins, l’autoconsommation solaire a tout pour plaire !

L’évolution de la réglementation thermique des bâtiments et le développement des véhicules électriques vont intensifier les usages de l’électricité. Le recours à l’autoconsommation photovoltaïque va connaitre un essor considérable au cours des prochaines années. Les batteries vont profiter d’une baisse de leurs couts de production et d’une augmentation de leurs performances. Nous sommes à l’aube d’une véritable révolution énergétique et l’autoproduction solaire est l’un des meilleurs moyens pour y participer de manière efficace.