Notre bâtiment à énergie positive

L’idée de départ était de savoir si l’on pouvait construire un bâtiment non seulement très performant d’un point de vue thermique, mais aussi exemplaire en
matière de prix de revient et de coût d’exploitation, d’emprunte carbone et de confort pour ses utilisateurs. Après 4 mois d’étude et 6 mois de chantier, nous
avons relevé le défi.


CONSTRUCTION BOIS.

Nous avons d'emblée fait le choix d'une charpente, d'une ossature et d'une vêture en bois pour leur faible empreinte carbone, pour le faible impact du chantier sur son environnement, pour la rapidité de montage qui est un autre facteur de maîtrise des coûts et enfin pour le confort thermique et phonique qu'ils procurent aux occupants du bâtiment.

  • La charpente est posée sur des semelles filantes.Assemblage sur site en 1 semaine.

  • La charpente en bois composée de 8 portiques est élevée en trois jours à l'aide d'une nacelle à bras et d'un chariot téléscopique.

  • Les panneaux de l'ossature sont pré-assemblés en usine. L'assemblage sur site

    est effectué en moins d'une semaine.
     


ENVELOPPE.

Lors de la conception du bâtiment, nous avons placé la performance thermique de l’enveloppe et son étanchéité à l’air au coeur de notre réflexion. Un complexe composé de deux couches croisées d’isolant minéral de 230 mm d’épaisseur et d’une membrane d’étanchéité à l’air sont pris en sandwich entre deux panneaux d’OSB pour assurer la résistance thermique et l’étanchéité de l’enveloppe. Les entourages de portes et fenêtres et les liaisons
entre parois, planchers et plafonds ont fait l’objet d’un traitement particulier. Nous avons placé tous les câbles électriques, tuyaux de chauffage et gaines de ventilation à l’intérieur de la membrane d’étanchéité pour assurer sa continuité. A l’intérieur du bâtiment, un mur de bio- briques de 41,5 cm d’épaisseur revêtu de plâtre isole la partie bureaux de la partie stockage, non chauffée, et apporte l’inertie nécessaire. Une fois la très haute performance de l’enveloppe assurée, il fallait trouver le moyen de tirer le meilleur parti des apports solaires passifs tout en évitant les problèmes de surchauffe en été. La solution naturelle a consisté à placer les bureaux au nord et à les doter d’un éclairage zénithal à occultation composé de 14 fenêtres de toit d’une surface totale de 26 m². Le mécanisme d’occultation commandé électriquement permet de profiter des rayons du soleil quand on le souhaite et de s’en protéger quand la température monte. De larges trémies ont été réservées dans le plancher de l’étage pour diffuser ces apports au rez-de-chaussée.

  • Une première couche d'isolation a été placée dans 

    l'épaisseur de l'ossature (150 mm).
     

  • Une deuxième couche d'isolant de 80 mm assure la continuité de l'isolation à l'intérieur du bâtiment sous la membrane pare-vapeur.

  • Mur en bio-briques de 37,5 cm d'épaisseur.

     

  • Trémies dans le plancher du R+1

     

RESULTATS PROBANTS.

La performance thermique du bâtiment atteint le niveau Bâtiment Basse Consommation (BBC) avec 37 kWh par an et par m², sans tenir compte de l’apport de la production électrique solaire. En l’intégrant, le bâtiment dégage une production nette de ses consommations de plus de 70 MWh par an, l’équivalent de la consommation moyenne d’une quinzaine de maisons individuelles. La performance de l’enveloppe du bâtiment combinée à une pompe à chaleur et une centrale d’air à double flux à très haut rendement permet d’obtenir des coûts d’exploitation réduits de 70% par rapport à ceux de bâtiments classiques (RT 2005). Tous comptes faits, les choix de conception, la recherche de simplicité dans les matériaux et procédés et l’esprit industriel de certains aménagements comme les revêtements de sol, les revêtements muraux, les escaliers et garde-corps ont permis d’obtenir un coût de construction
inférieur de 25% aux coûts des constructions classiques.

70 %

de réduction des coûts d'exploitation
par rapport à un bâtiment classique

  • Bardage en mélèze à claire-voie
     

  • Les bureaux sont placés au nord pour éviter les surchauffes en été. Les fenêtres de toit à occultation permettent de profiter des apports solaires passifs

  • Panneaux Schott Solar
     

  • Le générateur solaire photovoltaïque de 91 kWc produit près de 90 MWh d'énergie par an

     

  • Dans le hall d’accueil, deux écrans permettent de visualiser en temps réel la production et la consommation d’électricité.
     

  • Les simulations ont sous-estimé l’apport de l’éclairage naturel . Résultat : la consommation d’électricité pour l’éclairage est inférieure de 28% aux prévisions.
     

  • Avec son habillage en mélèze à claire-voie, la bâtiment est parfaitement intégré dans son environnement.